logo kbr
  Exposition

Peinture et finance à Sienne (XIIIe-XVIe siècles)

Chapelle de Nassau : du 16 juillet au 13 septembre 2003

entrée libre de 12 à 16h50


fermé les dimanches, le 21 juillet, les 15 et 16 août et du 25 au 30 août inclus
 

Cette exposition souligne la convergence de trois éléments apparemment distincts - l'art, l'histoire et la pensée économique - dans la synergie de la vie de la cité. Il est significatif que la première présentation de cette exposition, au Quirinal, coïncida avec l'introduction de l'euro. Les tablettes peintes et les manuscrits illustrés ont été réunis en hommage au pouvoir du peuple, au gouvernement des citoyens et non plus de l'église et des nobles, ouvrant la voie aux démocraties modernes. Ces biccherne, les couvertures peintes des registres de l'Etat ou des bilans administratifs, ouvrent une fenêtre fascinante sur la vie quotidienne d'une cité-état italienne et d'une république se développant à l'aube de la pensée économique moderne. Le nom de ces œuvres exceptionnelles dérive de l'administration gouvernementale qui, à l'origine, commanda ces biccherne.

En 1257, l'Administration de la Biccherna, la principale institution financière du gouvernement de Sienne, chargée de la gestion des recettes et des dépenses de la commune, prit l'habitude de commander aux meilleurs artistes de la communauté, des tablettes rehaussées de peintures, afin de les utiliser comme couvertures de sa collection semestrielle de registres publics. Peu de temps après, l'Administration de la Gabella, responsable des droits de douane et autres taxes sur les biens et les transactions commerciales, suivit l'exemple de la Biccherna. A la même époque, d'autres institutions et organisations indépendantes de la cité-état, comme l'Opera della Metropolitana, l'hôpital de Santa Maria della Scala et enfin l'université, adoptèrent la même coutume. A ce jour, les Archives de l'Etat de Sienne possèdent plus de cent exemplaires de ces œuvres uniques.

Le style et les sujets des biccherne suivirent et illustrèrent l'expansion de Sienne. La plus ancienne biccherna (1258, second semestre) représente le portrait du camerlingue (ou économe) Ugo, un moine de la voisine et puissante abbaye de San Galgano, occupé à examiner les livres comptables posés sur son bureau. Généralement, c'était à un moine qu'incombait la charge de camerlingue (l'officier financier principal) de la Biccherna, probablement en raison de son intégrité sans faille dans une période historique caractérisée par des alliances précaires. Il exerçait sa fonction conjointement avec quatre membres de la noblesse, les provveditori ou inspecteurs dont le rôle était de superviser les affaires financières de la cité, mais également d'obtenir des fonds si cela s'avérait nécessaire. Il est intéressant de noter que, traditionnellement, ces moines exerçaient leur mandat pour une période n'excédant pas six mois.
Les blasons et armoiries devinrent rapidement un second élémént décoratif des couvertures. D'autres tablettes représentaient le camerlingue, ses livres, des bourses remplies de monnaie, de même que des coffrets et des coffres-forts. Dès 1340, les tableaux montrant le camerlingue en présence d'un contribuable, constituent la représentation visuelle du concept de la banque moderne. Au fur et à mesure que la cité-état a pris conscience de son propre pouvoir, les thèmes utilisés pour les couvertures se sont étendus aux allégories de la vie religieuse et politique de Sienne, voire à des événements historiques spécifiques. En 1440, un artiste anonyme traça le portrait d'un maçon occupé à construire le mur d'enceinte d'une forteresse. Une biccherna de 1467 représente la Vierge Marie qui protège la Cité lors d'un tremblement de terre, pendant que les citoyens cherchent refuge et protection dans les tentes dressées en dehors des remparts de la ville.

A partir du XVIe siècle, les artistes ne se limitèrent plus aux couvertures de registres, mais commencèrent à réaliser de petites fresques sur les murs. En 1555, Sienne fut annexée au grand-duché de Cosme de Médicis, et même si l'on note encore quelques commandes occasionnelles de biccherne jusqu'au XVIIIe siècle, la fin de l'indépendance de Sienne s'est manifestée dans le déclin de cette forme artistique.

Sienne, de par sa situation favorable sur les collines toscanes, était appelée à devenir l'un des principaux centres commerciaux, financiers, bancaires et artistiques de l'Europe médiévale. Située sur la via francigena, la route principale reliant la France et la Rome des Papes, entourée de champs riches et fertiles, Sienne émergea comme l'une des premières et des plus puissantes communes indépendantes, du XIIIe au XVe siècle. Ses banquiers et ses marchands étaient parmi les plus importants du monde connu. A cette époque, Sienne était dotée d'un régime séculaire, qui préconisait activement le concept de "vie civile", selon lequel la protection des arts est le devoir d'un bon gouvernement. Cette période devint l'âge d'or de la peinture siennoise.


Renseignements:
+32 (0)2/519.53.57
http://www.biccherne.it