Frederick de WIT, Nova orbis tabula, in lucem edita,


   La carte de Frederick de Wit (1630-1698) qui représente les deux hémisphères, entourés de dessins allégoriques des quatre saisons, des quatre éléments et des signes zodiacaux, n'est pas datée comme la plupart de ses cartes ou de ses atlas. En général, on date les atlas de Frederick de Wit de 1680 environ. La carte exposée ici a probablement été éditée par de Wit aux environs de 1670 afin de remplacer celle du monde de 1660 devenue obsolète.

    La comparaison avec la carte maritime de de Wit, intitulée Nova totius terrarum orbis tabula ex officina F. de Wit, publiée dans son Orbis maritimus ofte zee atlas, Amsterdam, [1675], montre que la carte exposée ici est antérieure. Elle est aussi plus détaillée et plus précise : par exemple, pour l'hémisphère Sud, et pour l'Australie en particulier : le golfe de Carpentaire est indiqué ainsi qu'un grand nombre de localités côtières sur la côte Ouest et la côte Nord. Le tracé de la côte Nord-Ouest de l'Amérique du Nord est également plus précis ; à l'Est, la baie d'Hudson et les Grands Lacs sont plus détaillés. En revanche certaines îles qui se trouvent sur la carte maritime sont absentes, notamment une série d'îles situées à 340° de longitude Est entre 10° et 20° de latitude Nord.

    L'exemplaire de la carte exposée ici représente le premier stade dans les éditions successives de celle-ci : les bords extérieurs sont absents et l'espace enfermé entre les bords des deux hémisphères et les deux cartes des cercles Arctique et Antarctique est vide de tout dessin. Dans le deuxième stade, des anges occupent ces espaces.

    Sur la deuxième planche, celle de ca 1680, la Nouvelle-Guinée est tracée dans l'hémisphère Sud, tandis que sur la carte exposée ici, elle se trouve dans l'hémisphère Nord. Il faut aussi signaler que les cartes de de Wit se trouvent souvent dans des atlas d'autres cartographes.

    La Californie est représentée comme une île. Le fleuve Saint-Laurent se joint à de grandes surfaces d'eau, tandis que sa rive Ouest reste indéterminée. De Wit mentionne : Nova Francia, Nieu Nederland, Nova Albion et les Montagnes Rocheuses. Entre les latitudes 40° et 50° Ouest, il trace l'île de Jedso - appelée aussi Jeso, Jesso et Jeco - un lieu mythique que le cartographe a incorporé à cette carte.

    A l'extrême Nord-Ouest, il trace le détroit d'Anian qui a longtemps été considéré comme une voie navigable qui joint l'Océan Atlantique et l'Océan Pacifique, c'est-à-dire, la route vers Cathay, le Japon et les Iles des Epices, mais aussi le passage vers Quivira, ville mythique avec ses fabuleux trésors qui fit l'objet de recherches intensives de l'explorateur espagnol Francisco Vasquez Coronado (1510-1554). L'endroit où la ville imaginaire est supposée exister peut être localisé près de Great Bend, Kansas, tandis qu'une cité au Nouveau-Mexique a été faussement identifiée avec elle. La ville de Quivira a été placée dans la partie Ouest de la carte (1578) de Joan Martinez (1556-1590).

    La carte de de Wit, entre ca 1680 et ca 1688, a été publiée dans les différentes éditions de son atlas ainsi que dans l'atlas de Blaeu. Rodney W. Shirley signale l'existence, à la Bibliothèque du Congrès, d'une carte anonyme du monde qui lui ressemble fort. Elle est datée provisoirement ca 1675. Néanmoins une légère différence existe entre les deux cartes : les espaces entre les bordures des deux hémisphères et celles des deux cartes de l'Arctique et de l'Antarctique sont occupés par les dessins du soleil et de la lune.

Bibliographie


Je voudrais voir la page: [Cartes du Monde et des Amériques] , [Cartes d' Amérique du Nord] , [Cartes d' Amérique Centrale et d' Amérique du Sud] , [Introduction]

Retour à la [Page d'accueil]