Abraham ORTELIUS, Americae sive Nova Orbis, Nova Descriptio

[Antwerpiae], Francisci Hogenbergi, 1587. 34 x 47 cm

cote: XX Amérique Gén. 1587 Ortelius III 9507 CP

   La carte d'Amérique d'Abraham Ortelius (1527-1598) est publiée pour la première fois, en 1570, dans son Theatrum Orbis Terrarum, le premier atlas moderne qui englobe des cartes contemporaines toutes de même format. Les cartes qu'il contient sont passées de 53 dans la première édition de 1570 à 119 dans l'édition de 1598. C'est la seule carte d'Amérique dans le Theatrum Orbis Terrarum jusqu'en 1579 date à laquelle Ortelius ajoute dans l'Additamentum de son atlas des cartes du Mexique. La carte exposée ici, est donc publiée dix-sept ans après la première version, ce qui explique les multiples améliorations, aussi bien dans la forme générale que dans la toponymie. Toutefois, ce n'est qu'à partir de 1579 qu'Ortelius a remanié la carte. Dans l'édition de 1570 la forme générale de l'Amérique du Sud ressemblait à celle de la mappemonde de 1569 dans laquelle Gérard Mercator (1512-1594) avait employé sa projection pour la première fois. La carte d'Ortelius comprend, en conséquence, les mêmes faiblesses que la carte de Mercator, qui représentait pourtant, pour la connaissance géographique de l'époque, un sommet de précision et d'exactitude. Le premier de ces points faibles est le nombre très limité de données fournies pour la côte Sud de l'Amérique du Nord. Ceci s'explique par le manque de renseignements sur l'aspect physique de cette partie du continent faute d'explorations. Le deuxième point faible se manifeste dans le gonflement de la partie Sud-Ouest de l'Amérique du Sud, ainsi que dans la forme donnée à l'extrémité Sud du continent. Ces deux aspects provoquent nécessairement une déformation du contour de l'Amérique du Sud et pendant presque cent ans la forme donnée par Mercator à l'Amérique du Sud a été copiée par les cartographes qui lui ont succédé. L'influence de la Carte du monde de 1569 sur la Carte du monde de 1570 d'Ortelius, publiée dans la première édition du Theatrum Orbis Terrarum, se manifeste clairement dans sa conception des deux continents américains tels qu'ils se présentent encore dans la carte d'Amérique de 1587 exposée ici. Toutefois il faut noter que l'influence de Mercator sur Ortelius, à cet égard, a été limitée, car Ortelius cite dans le texte qui accompagne sa carte d'Amérique publiée dans le Theatrum Orbis Terrarum, au moins (neuf ?) noms d'explorateurs qui ont décrit l'Amérique et qui sont certainement des sources de premier plan pour la Carte d'Amérique d'Ortelius.

    La comparaison entre la première édition de 1570 et celle de 1587, montre de multiples différences. Par exemple en ce qui concerne le Chili, le nom du pays est donné, dans l'édition de 1570, à une petite localité côtière et au cap qui se trouve en face. Dans l'édition de 1587, le nom Chili est donné à la bande côtière du Sud-Ouest. Dans l'édition de 1570, la liste, intitulée "In Peru", de cinq noms de localités, qui, par manque de place sur la carte même, a été placée sous la Patagonie, se trouve dans l'édition de 1587, au centre même de la carte, juste sous l'équateur. La partie Sud- Ouest du continent, qui est fort étendue dans l'édition de 1570, est nettement moins exagérée dans l'édition de 1587 (?). Le tracé de l'Amazone reste inchangé dans les deux éditions, tandis que l'extrémité Sud du continent correspond plus à la réalité dans l'édition de 1587 que dans celle de 1570, même si elle reste toujours orientée fautivement vers l'Ouest.

   En ce qui concerne l'Amérique du Nord, le nom de la Californie n'est pas mentionné sur la péninsule, dans l'édition de 1570, bien qu'il ait été en usage depuis 1533 environ ; en revanche le nom apparaît sur la carte de 1587. A l'extrême Ouest de l'Amérique du Nord on peut lire les noms des localités suivantes : Tuchana, Quivira (en capitales), et Quivira (en petites lettres). Les mêmes inscriptions figurent dans l'édition de 1587 avec les renseignements supplémentaires suivants : 1 - sur la côte Nord-Ouest il est écrit "Grand Corrientes" ; 2 - une rivière qui se jette dans l'Océan Pacifique est nommée R. de los Estrechos ; 3 - égale-ment dans l'extrême Sud-Ouest du contient, Ortelius ajoute une localité nommée C. Mendocino, et plus à l'Est une rivière, le Rio Grande qui se jette dans l'Océan Pacifique.

    Le nombre de noms donnés par Ortelius aux localités côtières de la Nouvelle-Guinée est beaucoup plus élevé sur la carte de 1587 que sur celle de 1570 ce qui montre une sensible amélioration des connaissances de cette région pendant ce laps de temps de dix-sept ans entre la publication des deux cartes. Au Sud de la Nouvelle-Guinée est ajoutée, sur la carte de 1587, la note suivante : Terra Australis Magellanica Hactens Incognita. De plus, dans l'édition de 1587 l'Océan Pacifique est appelé Mar Del Sur, quod et Pacificum, tandis que cette indication ne figure pas dans l'édition de 1570.

Bibliographie


Je voudrais voir la page: [Cartes du Monde et des Amériques] , [Cartes d' Amérique du Nord] , [Cartes d' Amérique Centrale et d' Amérique du Sud] , [Introduction]

Retour à la [Page d'accueil]