Dans les coulisses : l’atelier de restauration

16/10/2017

Interview de la restauratrice Tatiana Gersten

Tatiana Gersten est restauratrice auprès de la Bibliothèque royale de Belgique. Elle est spécialisée dans la restauration des documents reliés. Nous lui avons demandé en quoi consiste son job et comment se déroule sa journée de travail.

Tatiana : J’ai étudié la restauration d’œuvres d’art, spécialisation papier. Je suis rentrée à la Bibliothèque royale en décembre 2013. J’ai d’abord travaillé en tant que restauratrice attachée à la section des Manuscrits, avant que les ateliers de restauration soient réunis pour ne former plus qu’un unique atelier de conservation-restauration pour l’ensemble de la Bibliothèque.

Combien de collègues avez-vous ?

Nous sommes deux restauratrices dans l’atelier. Généralement ma collègue prend plutôt en charge la restauration des documents à plat et moi la restauration des documents reliés. Cette petite équipe est régulièrement renforcée par des collaborations avec des restaurateurs indépendants qui travaillent sur des projets spécifiques ou sur des restaurations que nous n’avons pas le temps ou la possibilité de faire en interne.

Nous pouvons être amenées à prendre en charge tout type de documents faisant partie des collections de la Bibliothèque : livres manuscrits ou imprimés, en papier ou parchemin, cartes, estampes, dessins…

Par ailleurs, la Bibliothèque dispose également d’un autre atelier où une collègue travaille principalement à la préparation et à l’encadrement des estampes prêtées pour des expositions. Il y a également une section « reliure » qui gère les travaux de reliure nécessaires pour la conservation et la consultation de collections contemporaines acquises par la Bibliothèque.

Comment se déroulent vos journées de travail ?

Il n’y a évidemment pas de règles générales, mais disons que le travail comprend une part plus administrative et principalement le travail sur les documents.

Une restauration se déroule toujours selon le même schéma. On étudie d’abord l’objet de manière approfondie : comment a été réalisé le livre ou le manuscrit, de quels matériaux est-il fait et dans quel état se trouve-t-il ? Quelles sont les dégradations et quelles en sont les causes ? Nous basons notre travail de restauration sur ces éléments. Nous prenons toujours des photos avant, pendant et après la restauration. Quand le travail est accompli, nous inscrivons nos constatations dans un rapport mentionnant toutes les réparations effectuées.

 

Tatiana Gersten: « La durée d’une restauration peut être très variable. Cela peut durer d’une demi-heure à plusieurs mois. »

 

Quelle est la durée moyenne d’une restauration ?

Chaque pièce est différente et peut nécessiter un traitement différent. La durée d’une restauration peut être très variable. Cela peut durer d’1/2 h – 1h pour prendre en charge une estampe (dépoussiérage, réparation d’une ou deux déchirures, fixation dans un nouveau montage) à plusieurs mois quand il s’agit de traiter un livre de plusieurs centaines de pages feuillet par feuillet…

Quelle est l’intervention la plus courante que vous devez effectuer ?

Les dégradations les plus courantes dans les livres sont généralement liées à la manipulation et à l’utilisation du livre : déchirures dans le corps d’ouvrage, mors fragilisés, plats détachés…

Y a-t-il des livres que vous n’arrivez plus à sauver ? Que fait-on de ces ouvrages ?

On ne peut malheureusement pas résoudre tous les problèmes… notamment ceux qui sont liés à la composition même des matériaux et leur mauvais vieillissement. Prenons par exemple les journaux : le papier utilisé pour les imprimer est souvent de basse qualité, il vieillit très mal, devient très acide, cassant et fragile. Dans ce cas, la numérisation constitue une bonne solution : nous permettons à chacun de consulter le document tout en évitant la dégradation de l’original.

De quelle restauration avez-vous tiré le plus de fierté ?

La dernière ! Chaque livre, chaque cas étant différent, il oblige à trouver, inventer des solutions les plus adaptées… y parvenir est toujours une « fierté » et un « accomplissement ».

 

En savoir plus sur l’atelier de restauration de la Bibliothèque royale

> Lisez l'article sur la restauration d’un herbier du XVIIe siècle

> Visite de l’atelier de restauration durant la nocturne du 07/12