Expo 58 bis dans la salle de lecture générale

14/09/2016

De fin septembre 2016 à mi-janvier 2017 se tient dans la salle de lecture générale, une petite exposition, intitulée 58 bis.

Elle s’appuie pour l’essentiel sur deux collections qui contiennent presque exclusivement des documents et autres objets imprimés et réalisés dans le cadre de l’Expo 58.

  • B 13.010 (Série belge)

Fin des années 50 du siècle passé, la Bibliothèque royale a acquis près de 600 documents écrits relatifs à l’Expo 58. Ce matériel constitue une collection spéciale dans ce que nous appelons la Série belge. Il s’agit principalement de publications diffusées par l’organisateur et les différents participants (pays, institutions internationales, secteurs et entreprises). L’année passée, tous ces documents ont reçu de nouvelles notices.

  • FS XCIII

En 2015, la Bibliothèque royale fut l’heureuse bénéficiaire d’une donation d’un particulier. Ce fonds spécial contient des documents imprimés (brochures, dépliants, périodiques, coupures de presse, plans, affiches, photos…) et non imprimés (bouchon de vin, bas nylon, pins, viewer…).

Afin de mieux situer le matériel exposé dans son contexte historique, nous montrerons aussi quelques autres pièces de nos collections telles qu’un guide exceptionnel de l’Exposition universelle de 1851 ou une bande dessinée de 2015.

 

Expo 58 bis : une possible histoire culturelle de la Belgique

The past is a foreign country: they do things differently there écrivit L. P. Hartley en 1953. La vision du monde que l’exposition universelle de 1958 voulait exprimer était celle d’une foi inébranlable en la technologie et la science qui apporteraient un progrès et une prospérité inouïs. Sa réalisation ne serait possible que moyennant une entente pacifique entre les différents peuples, un « rapprochement des peuples » comme on disait à l’époque.

Peu nombreux seront ceux qui reconnaîtront la Belgique d’aujourd’hui dans une telle description. Un pays étrange, en effet. Pourtant, l’Atomium est présent dans notre mémoire culturelle comme l’un des grands symboles de la Belgique. L’édifice fut repris dans België: een parcours van herinnering (2008) ce par quoi il devient l’un des lieux de mémoire emblématiques de la Belgique.

Mais, de quel souvenir s’agit-il ? D’ailleurs, la mémoire culturelle, loin d’être un phénomène statique, fait constamment l’objet de recherches (critiques), de récits et de « contre »-récits. Ceux-ci s’alimentent de l’étude de nouvelles sources, mais aussi de sources existantes sur lesquelles on pose un nouveau regard et donc une nouvelle lecture critique.

La Bibliothèque royale joue un rôle important à ce niveau grâce à la grande diversité de ses sources qu’elle conserve et met à la disposition du public. C’est un rôle jamais achevé, comme en témoignent les descriptions bibliographiques corrigées et la donation de 2015.

La Belgique de 1958 est-elle un pays étrange ? Sans aucun doute… mais qui vaut certainement d’être visité !

 

Infos pratiques

58 bis

Fin septembre 2016 – mi-janvier 2017

Salle de lecture générale

Accès gratuit

Vous pouvez visiter l’exposition même sans carte de lecteur : demandez un badge au comptoir d’accueil de la salle de lecture.

 

Parfum
Parfum