Double solidus frappée à Trèves en 313 après J.-C

double solidus

Par le biais de la Fondation Roi Baudouin, le Cabinet des Médailles reçoit en dépôt un double solidus, une monnaie frappée dans l’atelier monétaire de l’Empereur Constantin le Grand à Trèves en 313 après J.-C. Jusqu’en 1907, cette pièce appartenait au consul Eduard Friedrich Weber.

Deux Germains suppliants

Au verso, nous apercevons une fortification romaine dotée de 7 tours et une statue (?) de l’empereur. À l’extérieur de l’enceinte sont assis deux Germains suppliants et devant la porte du camp se trouve un pont qui surplombe un courant d’eau.

Dans un panégyrique à Constantin le Grand, du début du IVe siècle après J.-C., l’empereur est loué pour la construction d’un pont sur le Rhin. Cet édifice relia la ville fortifiée de Cologne avec la rive droite et le fort qui y avait été construit en 310 après J.-C. (l’actuel Deutz). Le panégyriste indique littéralement que cela contribua à la gloire (gloria) de l’empereur. L’écrivain souligne l’intérêt de cet exploit, qui facilite l’accès aux deux rives du Rhin par les gardes-frontières romains et ce, de surcroît, à hauteur d’un des points les plus larges du Rhin. Les Germains suppliants, représentés à l’extérieur de l’enceinte, sont identifiés comme la personnification des Alamans et des Francs.

Sous le règne de Constantin le Grand sont renforcés, outre le limes rhénan, plusieurs forts et tours de défense édifiés le long de la voie romaine reliant Cologne à Bavay (à l’intérieur des terres, là où se trouve l’actuelle Belgique). À partir de la fin du IIIe siècle, l’Empire romain est d’ailleurs constamment menacé par des migrations impressionnantes, voire des invasions.