L’Atlas Blaeu : un trésor inestimable… vendu pour 600.000€ !

06/06/2018

Le 26 mai, un exemplaire de l’Atlas Blaeu a été acheté à 600.000€ en vente publique. Cette somme record donne une idée de la valeur marchande de ce document précieux, dont la Bibliothèque royale conserve un exemplaire : celui ayant appartenu à Jean-Baptiste Colbert. Ce trésor est conservé à la Section des Imprimés anciens et précieux et sera exposé au Librarium (à partir du mois de septembre).

 

L’Atlas Blaeu : un succès d’édition du XVIIe siècle

En 1662, Joan Blaeu éditait cet ensemble de 594 cartes sous le titre « Atlas maior ». Ces cartes, toutes coloriées à la main, s’accompagnent de 3.000 pages de textes, de descriptions des continents, des régions et des pays, le tout rassemblé en 11 volumes pour l’édition en latin.

Pour son époque et pour ce type d’ouvrage, cet Atlas a représenté un gros succès d’édition. Aujourd’hui, 300 exemplaires de cette œuvre seraient encore recensés (cf Peter Van der Krogt, Blaeu. Atlas Maior, Cologne, 2005).

 

Dans la Bibliothèque de Colbert

L’édition conservée à la Bibliothèque royale a une origine connue particulière. Les armoiries et l’inscription « Bibliotheca Colbertina » témoignent de leur appartenance à Jean-Baptiste Colbert, l’illustre penseur et économiste du XVIIe siècle, ministre de Louis XIV.

Par la suite, il intègre la collection du célèbre bibliophile belge Charles Van Hulthem, qui sera au final acquise par l’État belge pour constituer un fonds de la Bibliothèque royale.

 

Des éditions en différentes langues

Parmi les 300 exemplaires répertoriés aujourd’hui, 129 exemplaires sont écrits en latin. Mais le cartographe néerlandais proposait aussi l’ouvrage dans d’autres langues : français, néerlandais, allemand et espagnol.

 

Une valeur pas uniquement monétaire

Le livre est déjà, au XVIIe siècle, un objet d’une grande valeur, si pas le plus cher de son temps. Le 26 mai 2018, il est vendu à Bruxelles pour la coquette somme de 600.000€ !

Son intérêt est bien sûr avant tout historique. À la suite d’Abraham Ortelius (cartographe brabançon et auteur en 1570 du Theatrum Orbis Terrarum, le premier atlas moderne) et de Gérard Mercator à Anvers en 1595 (l’Atlas de Mercator est consultable en ligne), cette œuvre témoigne de l’émergence d’Amsterdam comme grand centre de cartographie, en plein siècle d’or néerlandais.

 

Accès en ligne

L’Atlas est disponible en ligne dans sa version latine et dans sa version néerlandaise, et en consultation à la Section des Imprimés anciens et précieux de la Bibliothèque royale.

Quelques images de l’atlas sont aussi visibles dans ce reportage télé.

 

Références

Joannes Blaeu. Geographia (Atlas maior), Amsterdam : J. Blaeu, 1662-1665, 11 volumes. Exemplaire en couleurs et doré. Provenance : Jean-Baptiste Colbert (armoiries et inscription Bibliotheca Colbertina), Charles Van Hulthem. Colbert.

Cote: VH 14.343 E