Le Fonds Marc Danval ? Un trésor inestimable

24/05/2018

Avec plus de 12.000 disques, deux mille partitions musicales illustrées, trois mille photographies d’artistes et 800 ouvrages sur la musique, le Fonds Marc Danval est une collection exceptionnelle et une source inestimable pour découvrir le jazz et la musique de variété, à travers le XXe siècle.

En 2010, la Bibliothèque royale a pu acquérir cette collection grâce au soutien des Amis de la Bibliothèque royale de Belgique. Depuis, le Fonds Marc Danval a été entièrement catalographié et il est progressivement numérisé, pour assurer la conservation de cette collection inestimable, et pour en faciliter la consultation.

 

À l’origine du fonds, une collection, et un collectionneur

À l’origine de ce fonds, il y a avant tout la passion d’un collectionneur pour la musique, le jazz en particulier, et tout ce qui s'y rapporte. Le journaliste et animateur radio Marc Danval est connu pour ses nombreuses émissions radio, et notamment « La troisième oreille » dans laquelle il partage encore aujourd’hui sa passion pour le jazz. En achetant son premier disque à l’âge de neuf ans, Marc Danval débutait une aventure de plus de sept décennies qui l’amènerait à se constituer une collection de douze mille disques (78 tpm, 45 tpm et 33 tpm) et de nombreux autres documents autour du jazz, de la musique de variété française et anglo-saxonne, des musiques folkloriques, ou encore de variétés et de films.

 

Le chapeau de Maurice Chevalier

Avec l’acquisition de cet ensemble remarquable, les collections musicales de l’institution se sont ouvertes aux répertoires « non classiques », jusqu’ici peu représentés, et ont accueilli des documents très variés. Car, en plus des disques, le Fonds Marc Danval rassemble aussi :

  • plus de trois mille photographies d’artistes, essentiellement des musiciens de jazz comme Louis Armstrong ou Miles Davis, dont beaucoup sont signées ou même dédicacées à Marc Danval ;
  • deux mille partitions musicales illustrées reprenant les répertoires des orchestres de danse, de la chanson et du jazz de la fin du XIXe siècle aux années 1950 : certaines illustrations sont signées Magritte, De Greef, Valéry ou encore Van Caulaert ;
  • 800 ouvrages constituant une magnifique bibliothèque de référence sur la musique et le jazz en particulier ;
  • des affiches, des souvenirs de concerts et de nombreux autres objets, comme un buste récupéré lors de la démolition du célèbre théâtre bruxellois « l’Alhambra », ou encore un canotier offert par Maurice Chevalier.

Des disques extrêmement précieux

Les disques, notamment les 78 tpm, sont des documents qui exigent les meilleures mesures de conservation. Afin de les préserver des dégâts causés par l’acidité du papier, celui de la pochette et celui qui est collé sur le disque lui-même, l’ensemble de la collection a été reconditionnée dans des boîtes non-acides, chimiquement neutres. Les disques sont aussi progressivement numérisés, ce qui permettra de les écouter à la demande grâce à ces enregistrements de qualité.

 

Un fonds qui ne demande qu’à être exploité

Le Fonds Marc Danval a déjà attiré plusieurs personnes dans le cadre de leurs recherches. Une exposition a pris place à Tournai en février 2018, des étudiants en musicologie ont basé leur mémoire de fin d’étude sur les documents du fonds, et des chercheurs étrangers ont aussi marqué leur intérêt.

La richesse de ce fonds reflète pleinement la personnalité de Marc Danval, et les liens qu’il a tissés dans le milieu de la musique, et singulièrement dans le monde du jazz, durant sa longue carrière. Les perspectives de recherche sont importantes, dans le domaine de l’édition musicale imprimée et sonore en Belgique et au niveau international, mais aussi pour étudier comment les musiques de jazz et de variétés ont été reçues en Belgique et à Bruxelles au XXe siècle.

Regardez le reportage de Julie Morelle

 

Vers les notices du Fonds Marc Danval dans le catalogue

 

Bibliographie

Marie Cornaz, « Le fonds Marc Danval : une source hors du commun pour l'étude de la vie musicale à Bruxelles » dans Cahiers bruxellois : revue d'histoire urbaine, XLV (2013), p. 85-96.

Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval et Julie Morelle, Bibliothèque royale le 22 mai 2018.
Marc Danval devant une partition de son père, le musicien et compositeur Fernand Sevenants
Affiche de "L'heure du Tango", Fonds Marc Danval III/240 C Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Marc Danval et son père, Fernand Sevenants, Fonds Marc Danval Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Le jeune Toots, près de son accordéon, Fonds Marc Danval VI/21 C Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Toots, heureux, joyeux, gai, Fonds Marc Danval VI/21 C Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Louis Armstrong, Fonds Marc Danval VI/21 C Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Partition Spring, Fonds Marc Danval III/289 Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Partition Spring, Fonds Marc Danval III/289 Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique
Partition Spring, Fonds Marc Danval III/289 Mus. copyright Bibliothèque royale de Belgique