Fonds Albert Huybrechts

Le fonds Albert Huybrechts s’est constitué grâce à un premier don en 1979 de Jacques Huybrechts, frère du compositeur, puis d’un second réalisé par l’épouse de Jacques Huybrechts en 1987 et 1989. La section de la Musique a en outre acheté en 1988 une série de documents complétant cet ensemble.

Le compositeur dinantais Albert Huybrechts (1899-1938) est né au sein d’une famille musicienne, son père Joseph-Jacques étant contrebassiste à l’orchestre du Théâtre de la Monnaie tandis que le violoncelliste Adrien-François Servais fut l’un de ses arrières-grands-pères. Sous l’impulsion de son père, il entre dès l’âge de onze ans au Conservatoire de Bruxelles. Il y remporte un prix de hautbois en 1915 et un second prix de fugue auprès de Joseph Jongen en 1922. Suite à un petit héritage, il décide de stopper toutes activités lucratives pour se consacrer uniquement à la composition. En 1926, il se fait connaître au niveau international en remportant deux prix de composition prestigieux : le premier grand prix de l’Ojai Valley (Californie) pour son premier quatuor à cordes (1924) et le prix Elisabeth Coolidge (Washington) pour sa sonate pour violon et piano (1925). Malgré ce succès, son œuvre est demeurée méconnue et le krach de 1929 lui fait perdre l’intégralité de ses économies. Il essaie en vain de trouver une situation ; il écrit une série d’articles en tant que correspondant belge de la revue américaine Musical America. Grâce à l’appui de Jean Absil, il est engagé en janvier 1938 comme chargé du cours d’harmonie au Conservatoire de Bruxelles mais il décède quelques semaines plus tard, le 21 févier 1938, à l’âge de 39 ans. Comme compositeur, Albert Huybrechts s’est revendiqué tout d’abord de l’esthétique de Debussy et de Ravel. Ensuite, grâce notamment aux concerts Pro Arte de Paul Collaer, il découvre la musique de Stravinski, et bientôt son style se nourrit également de l’influence de Bartók, Berg et Bloch.

Le fonds Albert Huybrechts contient 33 manuscrits autographes et des centaines de documents variés concernant le compositeur, notamment des photographies, de la correspondance ainsi que des programmes de concerts. Grâce au fonds Albert Huybrechts, la section de la Musique dispose d’une source de toute première importance pour réhabiliter cette figure marquante de la musique belge au XXe siècle et lui redonner la place qu’elle mérite.

 

 

Bibliographie

 

Valérie Dufour, Catalogue des œuvres d’Albert Huybrechts (1899-1938), Société liégeoise de musicologie, 2006, 114p.