L’histoire de KBR

Historiquement, KBR est la contraction de deux appellations dans deux langues différentes (Koninklijke Bibliotheek et Bibliothèque royale).

 

Ligne de temps

  • XVe siècle : Les ducs de Bourgogne réunissent une collection unique de manuscrits enluminés. La librairie de Bourgogne comptait environ 900 volumes à la mort de Philippe le Bon.
  • 1559 : Philippe II rassemble tous les ouvrages en sa possession au palais du Coudenberg. Dès lors, cette collection prend le nom de Bibliothèque royale.
  • 1731 : Un incendie détruit le palais du Coudenberg. La plupart des manuscrits sont heureusement sauvés.
  • 1746 : Pendant l’occupation de Bruxelles par les troupes françaises, de nombreux manuscrits sont emportés à Paris. Une partie d’entre eux sera restituée en 1770.
  • 1754 : Les collections sont transportées dans la Domus Isabellae, l’ancienne maison de la corporation des arbalétriers, située dans l’actuelle rue Baron Horta.
  • 1772 : La Bibliothèque est ouverte au public.
  • 1794 : De nombreux manuscrits et livres précieux sont emportés à Paris par les agents du gouvernement français. Certains de ces ouvrages seront restitués à la Belgique par le Congrès de Vienne (1815).
  • 1795 : La Bibliothèque est rattachée à l’Ecole centrale du département de la Dyle et les collections sont transportées dans les bâtiments de l’ancienne Cour (palais de Charles de Lorraine, place du Musée).
  • 1803 : La Bibliothèque est cédée à la Ville de Bruxelles.
  • 1815 : Le gouvernement du Royaume des Pays-Bas divise la Bibliothèque en deux : les manuscrits redeviennent propriété de l’État sous le nom de Bibliothèque de Bourgogne; la Ville demeure propriétaire des imprimés et ne les cédera à l’État qu’en 1842.
  • 19 juin 1837 : À l’occasion de l’achat par l’État belge de la collection du célèbre bibliophile gantois Charles Van Hulthem (70.000 volumes), le gouvernement crée la Bibliothèque royale de Belgique.
  • 21 mai 1839 : La Bibliothèque royale est ouverte au public dans l’aile gauche du palais de l’Industrie, adjoint au XIXe siècle au palais de Charles de Lorraine.
  • 1878-1881 : Une troisième aile de bâtiments est construite, reliant l’aile gauche du palais de l’Industrie à la rue du Musée.
  • 1935 : À la demande de la reine Élisabeth et du roi Léopold III, le gouvernement belge décide de construire une nouvelle bibliothèque à la mémoire du roi Albert Ier. Le bâtiment fut conçu par l’architecte moderniste Maurice Houyoux.
  • 1954  : La première pierre de la Bibliothèque royale Albert Ierest posée par S.M. le roi Baudouin Ier.
  • 17 février 1969 : La Bibliothèque royale Albert Ier est solennellement inaugurée.
  • 2019: La Bibliothèque royale de Belgique évolue et devient KBR.

 

 

Le bâtiment KBR

Construit de 1954 à 1969 sur les plans des architectes Maurice Houyoux, Roland Delers et Jacques Bellemans, KBR s’intègre dans le complexe du Mont des Arts, dont elle forme un des côtés.

KBR est bâti sur un terrain de 13.000 m², mais ses multiples niveaux et étages offrent une superficie utile de 67.000 m². Sa construction a nécessité 28.000 m³ de béton armé et 3.000 tonnes d’acier et de poutrelles. Les locaux fréquentés par les lecteurs occupent une surface de 8.000 m², représentant 1.100 places.

Les magasins prévus pour les collections contiennent quelque 150 km de rayonnages, répartis dans les 17 étages de la tour de livres (6 étages en sous-sol, rez-de-chaussée et 10 étages en surface). Seuls les étages -5 et -6 sont équipés d’un système de compactus (ou rayonnages coulissants).

 

Conservateurs en Chef

1837-1850 Baron Frédéric de Reiffenberg
1850-1887 Louis-Joseph Alvin
1887-1904 Edouard Fétis
1904-1909 Henri Hymans
1909-1912 Joseph Van Den Gheyn, S.J.
1913-1914 Dom Ursmer Berlière O.S.B.
1919-1929 Louis Paris
1929-1943 Victor Tourneur
1944-1953 Frédéric Lyna
1953-1955 Marcel Hoc
1956-1973 Herman Liebaers
1973-1990 Martin Wittek
1990-1991 Denise De Weerdt
1992 Josiane Roelants-Abraham
1992-2002 Pierre Cockshaw
2002-2005 Raphaël De Smedt

 

Directeur général

  • Patrick Lefèvre: 2005 – 2017
  • Sara Lammens (ad interim): 2017 –