Le KBR museum : un trésor de savoirs

Un avant-goût de ce qu’il vaut mieux savoir…

Le KBR museum vous propose de découvrir la fabuleuse histoire de la Librairie des ducs de Bourgogne. Un grand nombre de ces manuscrits, rescapés des outrages du temps et de l’Histoire, KBR les conserve pour vous.

Afin de découvrir au mieux les plus belles pièces exposées dans le KBR museum, nous vous proposons une série de savoirs qu’il vaut mieux connaître pour apprécier, de manière originale, l’époque des ducs de Bourgogne.

En savoir plus sur la Librairie des ducs

 

 

Méfiez-vous des lapins

La faune est omniprésente dans les manuscrits des ducs de Bourgogne. Loin de sa réputation actuelle d’animal attendrissant et innocent, le lapin du Moyen Âge est une bête licencieuse et voluptueuse, dont il vaut mieux se méfier.

Prenez garde

 

 

Les livres d’histoire mentent

De nombreux manuscrits des ducs racontent surtout « la vérité des ducs ». Ils les présentent comme les descendants lointains de grands héros historiques ou comme les héritiers légitimes de territoires acquis parfois par des manœuvres assez peu chevaleresques. Dans les livres d’histoire, ils sont parfois représentés terrassant des dragons, alors que ces derniers n’existaient évidemment pas.

Vrai ou faux?

 

 

Le Moyen Âge est à mourir de rire

Même si la religion imprègne profondément la société médiévale, les manuscrits nous transmettent l’image d’un Moyen Âge bien moins austère que l’on ne l’imagine souvent. L’iconographie que l’on retrouve dans les décorations des marges, par exemple, est truffée d’éléments très drôles et parfois même satiriques.

La bonne blague

 

 

Un livre tue 50 moutons

Le manuscrit médiéval est souvent écrit sur parchemin, c’est-à-dire sur peau animale, généralement de veau, de mouton ou de chèvre. Le nombre de peaux nécessaires pour la fabrication d’un livre dépend de son format et de l’espèce animale utilisée. Mais de manière générale, un troupeau est nécessaire à la réalisation de chaque manuscrit.

Suivez le troupeau

 

 

La religion est partout

La religion imprègne profondément la société médiévale. Elle s’exprime dans tous les arts. Mais elle se présente sous plusieurs visages. Si la religion des élites est teintée de mysticisme et transparaît au travers de tableaux et de manuscrits prestigieux, une autre forme de dévotion s’impose parallèlement. Plus immédiate, elle est marquée par le culte des saints et les légendes populaires.

Alleluja, dites-moi tout

 

 

Le meilleur des Primitifs flamands est dans les livres

Les ducs de Bourgogne ont appelé à leur cour les plus grands artistes de leur époque. Si tout le monde connaît aujourd’hui Jan van Eyck ou Rogier van der Weyden, les miniaturistes, qui enluminaient les livres, n’avaient rien à leur envier. Au point de faire dire à certains que les plus beaux tableaux des Primitifs flamands se trouvent peut-être dans les manuscrits.

Plongez dans les livres

 

 

On a vu des éléphants roses

L’imaginaire médiéval regorge d’êtres fantastiques. Animaux anthropomorphes et hybrides irrévérencieux habitent les marges des manuscrits où se déploie joyeusement un monde à l’envers moquant l’ordre social établi. Fruits de fantasmes sur l’inconnu, les miniatures montrent merveilles, monstres et prodiges venant de contrées éloignées.

Repérez l’éléphant

 

 

Copier n’est pas un crime

Jusqu’à l’invention de l’imprimerie, copier est la seule manière de reproduire un texte. Des milliers de personnes copient des textes de manuscrits au Moyen Âge. Au XVe siècle, copier des textes est nécessaire pour assurer leur diffusion et ne constitue donc, en aucun cas, un délit.

Vers l’original

 

 

Bruxelles est en Bourgogne

À la fin du Moyen Âge, le territoire de la Belgique actuelle est divisé en différentes entités politiques sur lesquelles les ducs de Bourgogne étendent progressivement leur pouvoir dès l’aube du XVe siècle. Il y a six cents ans environ, les ducs de Bourgogne régnaient donc sur Bruxelles.

Direction la Bourgogne

 

 

Le duc est le maître du jeu

Bien que nous ne sachions pas avec certitude si le duc Philippe le Bon jouait aux échecs, il avait un manuel d’échecs dans sa bibliothèque. Cherchait-il parfois son inspiration politique dans le jeu d’échecs ?

Échec et mat !

 

 

Les livres défient le temps

Les manuscrits de la bibliothèque des ducs de Bourgogne sont des témoins des temps anciens : ils nous donnent un aperçu unique de la vie au XVe siècle et de la conception du monde de leurs propriétaires.

Voyage à travers le temps

 

 

La musique a voix au chapitre

Au XVe siècle, les Pays-Bas méridionaux donnent le ton grâce à la polyphonie franco-flamande qu’ils exportent au-delà de leurs frontières. Les ducs de Bourgogne appréciaient particulièrement ce type de musique.

Écoutez une œuvre polyphonique du XVe siècle